Spiritualité : Vertu et piété, dissimulation et révélation (12).

Chacun utilise le confinement comme il peut. L’auteur de ces lignes, qui avait raté un cours sur le Livre d’Esther, le rattrape en en faisant un compte rendu, très personnel d’abord, puis (largement) inspiré par le site protestant « Théovie » et la revue catholique « Cahiers évangile » (ainsi que son « supplément »)*. Cet article n’étant qu’un (bref) résumé, il est conseillé à ceux qui s’intéressent au sujet de se reporter à ces sources.

Par ailleurs, le fait de prendre des décisions en ayant bu « semble une attitude perse qui étonne l’historien Hérodote : ils ont aussi l’habitude de décider, quand ils sont ivres, des questions les plus importantes (Histoire, livre I, 133) ». Il n’y a donc là rien d’étonnant, même si la tradition juive porte un regard plus sévère, de sorte que cette précision sert au lecteur de marqueur pour signifier la perte de contrôle de soi du roi. Or, cette perte de contrôle, dans la sagesse antique, est « une faute grave » dans la mesure où « le sage est celui qui garde en tout temps la maîtrise de soi. ». Le fait qu’Esther n’objecte rien par rapport au régime alimentaire qu’on lui propose (2, 9) indique que l’auteur du texte fait partie d’un milieu qui n’accorde qu’une importance relative au fait de manger « casher ». En matière de nourriture, on constate que les servantes d’Esther jeûnent avec elle (4, 16), ce qui ne signifie pas qu’elles soient juives pour autant puisque « la pratique du jeûne est connue aussi en dehors d’Israël (voir Jonas 3, 5s.). ». Quand Esther dit (7, 4) « si nous avions été vendus comme esclaves et comme servantes, je me tairais, car cette oppression-là ne mériterait pas qu’on importune le roi », ce n’est qu’à moitié une formule diplomatique. En effet, il est arrivé que la condition d’esclave puisse être analysée comme « Dieu plaçant son peuple sous la protection et l’autorité d’un roi auquel il devait accorder sa loyauté (Esdras 9, 9). ».

Au-delà du roman et des points historiques, ce récit manie aussi les symboles.

DISTRIBIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *