Spiritualité : Vertu et piété, dissimulation et révélation (11).

Chacun utilise le confinement comme il peut. L’auteur de ces lignes, qui avait raté un cours sur le Livre d’Esther, le rattrape en en faisant un compte rendu, très personnel d’abord, puis (largement) inspiré par le site protestant « Théovie » et la revue catholique « Cahiers évangile » (ainsi que son « supplément »)*. Cet article n’étant qu’un (bref) résumé, il est conseillé à ceux qui s’intéressent au sujet de se reporter à ces sources.

Certains éléments correspondent néanmoins à un contexte historique connu à l’époque, qui éclaire les contemporains de l’auteur – et par conséquent nous à partir du moment où nous nous en rendons compte – sur le sens à donner à plusieurs épisodes.

Ainsi, il est indifférent de se dire que la reine Vasti refuse parce qu’on lui demande de paraître nue ou non. En effet, à la fin des banquets on faisait venir les concubines et prostituées de sorte que même paraissant habillée au milieu de ces autres femmes, elle eût été ravalée à leur rang, ce qui était également un motif légitime de refus. Pour l’anecdote, la séparation des hommes et des femmes est plutôt une pratique grecque que perse : en Perse « le roi faisait sortir la reine avant le moment où l’on boit ».

DISTRIBIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *