Expo : Crimes au Moyen Âge et au tournant des dix-neuf et vingtièmes siècles à la tour Jean sans Peur, à Paris.

Vivantes et instructives.

La tour Jean sans Peur se distingue non seulement par le fait qu’elle est un des rares monuments parisiens datant du XVe siècle (qui représentent à eux tous 0,7 % des 2185 que compte la capitale), mais aussi par celui qu’elle sait rendre vivant le Moyen Âge grâce à des expositions thématiques.

Si ces dernières recourent à des moyens manifestement économiques, elles frappent par la richesse de leur documentation. En effet, c’est sur des banderoles verticales le plus souvent illustrées, une par sous-thème, que chaque sujet est traité de façon instructive et parlante, synthétique et pourtant détaillée grâce au choix des exemples*.

Si nous prenons l’exemple de l’exposition « Crimes et justice au Moyen Âge », les explications reprennent les mots du lexique affiché à l’entrée(1), moyen pédagogique efficace pour mémoriser. Et tout y passe, de la façon dont la justice ne cesse de se réorganiser au cours du temps(2) aux peines encourues (en théorie comme en pratique) en passant par le catalogue des « crimes » et la façon dont ils sont réprimés selon la condition ou le sexe des coupables. Au chapitre de l’anecdote, on remarque qu’un cochon qui avait mangé un nourrisson était aussi coupable d’infanticide qu’un humain.

Ainsi une bannière entière est-elle consacrée à Jeanne d’Arc seule(3), comme au meurtre du duc d’Orléans. La concurrence et les différences entre justice royale et ecclésiastique sont bien exposées. On y apprend aussi comment des négociations pouvaient être entérinées par le juge, qu’il faut préférer la miséricorde à la rigueur de la justice ou quelles sont les amendes et peines déshonorantes. Ente autres…

Mais la tour Jean sans Peur sait aussi s’intéresser à des périodes plus proches de nous. Ainsi voit-on au rez-de-chaussée une suite de dix placards illustrés sur le thème des crimes et rapines dans l’Est parisien de 1880 à 1914. Là aussi, on est frappé par la concision et précision avec laquelle des faits bien concrets sont rapportés, de l’existence des « Apaches » et de la bande à Bonnot aux querelles à l’hospice ou au lavoir en passant par la contrefaçon, le vol alimentaire, la calomnie…

Bref, il y a là de quoi s’instruire en se divertissant pour qui aime l’Histoire illustrée par les histoires.

Enfin, car ce n’est pas tout, le site de la tour Jean sans Peur diffuse les dates de cycles de conférences autour de ses expositions et, si l’on en juge par le nombre de celles qui sont déjà complètes, il convient de s’y inscrire bien à l’avance.

Pierre FRANÇOIS

« Crimes et justice au Moyen Âge », exposition réalisée dans le cadre des vingt ans de l’ouverture de la tour Jean sans Peur au public et des 600 ans de l’assassinat de Jean sans Peur. « Crimes et rapines, petites et grandes affaires de l’Est parisien (1880-1914) », exposition en partenariat avec le Pavillon de l’Ermitage. Du mercredi au dimanche de 13 h 30 à 18 heures jusqu’au 29 décembre, Tour Jean sans Peur, 20, rue Étienne Marcel, 75002 Paris, métro Étienne Marcel, bus 29, tél. 01 40 26 20 28, www.tourjeansanspeur.com

(1) Et attention aux faux sens : une « complainte » est une plainte en justice, « braire » signifie crier et « planter » revient à exposer au pilori.

(2) Par exemple, concernant l’organisation très concrète du procès, les « pièces » ou preuves étaient rassemblées dans un sac – d’où « l’affaire est dans le sac » – que le procureur vidait – d’où « vider son sac » – à l’audience, ce dernier ayant été suspendu à un clou – d’où « une affaire pendante » – en attendant d’être apporté dans la salle d’audience.

(3) laquelle rappelle qu’elle a eu droit à trois procès, car il y en eut un premier à Chinon, lors de sa rencontre avec Charles VII.

*Un autre avantage de procéder ainsi tient au fait que ces expositions peuvent facilement être louées et installées dans d’autre lieux.

Photo : Pierre François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *