Théâtre : « À ces idiots qui osent rêver », de Céline Devalan au théâtre Essaïon, à Paris.

Drôle et juste.
« À ces idiots qui osent rêver » est certes une comédie sans prétention – juste ce qu'il faut pour digérer la rentrée – mais qui est tout à fait bien jouée. Le scénario, à l'originalité calculée, intègre des classiques de la psychologie – et de l'incommunicabilité – entre hommes et femmes. Sous ses airs légers, il délivre un message éthique trop souvent oublié : le respect de la liberté de l'autre. Ce qui unit cet homme et cette femme qui vont apprendre à se connaître en se boxant sentimentalement est la référence constante au cinéma, spécialement à La La Land et à Quand Harry rencontre Sally. Le rythme de la pièce est enlevé, sa mise en scène sobre et élégante, on va sans cesse à l'essentiel tout en comptant les points qui font rire le public, spécialement féminin. La fin, si elle déroute un peu, enrichit néanmoins le débat sous-jacent.
Pierre FRANÇOIS
« À ces idiots qui osent rêver », de et mis en scène par Céline Devalan. Avec Thibault Amorfini et  Céline Devalan. Chorégraphie : Vanessa Terrier. Musique:Adriel Genet. Lumières : Rémy Chevillard. Jeudi à 19 h 15 et vendredi à 21 h 30 jusqu'au 4 octobre au théâtre Essaïon, 6, rue Pierre au lard, 75004 Paris, https://www.essaion-theatre.com/spectacle/847_a-ces-idiots-qui-osent-rever.html

Photo : DR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *