Théâtre, festival d’Avignon : « Le petit boucher », de Stanislas Cotton au 11 * Gilgamesh Belleville

Un bijou !
Il y a peu à dire au sujet du « Petit Boucher » si ce n’est que c’est une pièce rare. Être capable de parler du viol avec autant de délicatesse est un tout de force. Le récit et la mise en scène sont empreint d’une poésie certaine, mais sans que cela n’atténue la gravité de ce qui s’est passé, l’âpreté de ce qui est en train de se jouer ou la morsure qui accompagnera le futur.
Le choix a été fait de ne pas situer le récit (même si des indices font penser au Congo belge) pour préserver la dimension universelle de l’événement. Ce seul en scène possède une force intérieure proportionnelle à la délicatesse de l’expression. Les collégiens et lycéens – un public redoutable qui ne pardonne rien – est resté coi à la fin du spectacle tellement ils avaient été touchés. S’il y a un spectacle à aller voir sur ce thème, c’est bien celui-là !
Pierre FRANÇOIS
« Le petit boucher », de Stanislas Cotton. Mise en scène : Agnès Renaud. Avec Marion Bottollier. Du 5 au 26 juillet (relâche les 10, 17 et 24) au 11 * Gilgamesh Belleville, 11, boulevard Raspail, Avignon, tél. 04 90 89 82 63.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>