Théâtre : « L’Échange », de Paul Claudel (première version, écrite en 1894)

Lady maléfique, par Clara.
« L’Échange » met en scène une comédienne, Lechy Elbernon, qui donne dans ses répliques une image originale du théâtre. C'est assurément le personnage principal puisque c'est par elle que tout arrive.
La pièce commence par la très belle image d'une pluie qui tombe en créant un espace scénique clair et lumineux. Les personnages entrent tour à tour dans cette lumière pour faire vivre l'histoire. Qui est celle de deux couples, l'un jeune et l'autre vieux, l'un riche et l'autre pauvre.
Marthe a quitté son pays et le petit village d'où elle n'était jamais sortie pour suivre Louis, l'homme qu'elle aime et qu’elle a épousé sur un coup de tête. Elle est jeune, naïve, vertueuse et se sacrifie pour lui.
Louis symbolise la liberté, il a l'attrait  et l'insolence de la jeunesse. Il est attirant car différent, il porte du sang indien en lui, n'accepte aucune contrainte et se révèle incapable de se projeter dans l'avenir. Il ne court qu'après son plaisir sans penser aux conséquences de ses actes.
Le jeune couple s'installe sur la riche propriété de Thomas Pollock afin de travailler. Louis devient homme à tout faire. Cependant, Marthe découvre qu'elle est trompée : son mari a une aventure avec Lechy. La douleur de cette infidélité et la perte de ses idéaux sont pour elle insupportable. Le comble de l'horreur arrive pour elle quand elle apprend que Thomas la convoite, tel un bel objet que l'on achète. Pour lui, tout à un prix, il est pragmatique et froid. Il se désintéresse de sa femme qui depuis longtemps a perdu tous ses charmes et propose l'odieux échange d'épouse moyennant finance.
Alors que Marthe est prête à pardonner, Lechy se moque de sa pureté et son honnêteté. Lechy donne une pitoyable image de l'humanité : non seulement elle est vieille, alcoolique et folle, mais elle est surtout manipulatrice, séductrice et perverse. Elle joue, comme si elle ne savait faire que cela ! Elle est l'archétype de la femme fatale Hollywoodienne totalement superficielle. Le drame s'achève dans le malheur et le désespoir. Les supplications de Marthe qui appelle la justice restent vaines.
Le texte de Paul Claudel est sensuel, poétique et presque musical. Les acteurs sont d'inégal talent. Robin Renucci (acteur reconnu du grand public grâce à ses nombreux rôles de cinéma) est juste et incarne avec élégance l'homme d'affaires avisé et sage. La mise en scène est cependant un peu pesante malgré un beau jeu de lumières très maîtrisé. Cette pièce explore donc les différences culturelles  et spirituelles : l'amour contre l'argent. Reste-t-il du sacré dans un monde où tout peut s'acheter ?
Clara
« L’Échange », de Paul Claudel. Mise en scène : Christian Schiaretti. Avec : Francine Bergé, Louise Chevillotte, Robin Renucci, Marc
Zinga. À La Coursive de La Rochelle du 15 au 18 janvier, à la Comédie de Picardie du 23 au 25 janvier, à La Comédie de Valence du 12 au 13 mars, à La Comédie de Saint-Étienne du 2 au 4 avril.

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>