Livre : « Les couleurs des tumuli, un jour, à Gyeongju », par Elisa Haberer (photos) et Simon Hatab (texte), chez L’Atelier des cahiers, éditeur.

En seconde lecture.
« Les Couleurs des tumuli » est un livre de photo quelques peu trompeur. Un regard superficiel pourrait faire penser à des photos-souvenirs prises à la va-vite. Celui qui voudrait les regarder en consommateur, comme on le fait d’instinct pour tant d’images, ne pourrait pas en profiter. C’est en entrant dans l’univers de l’auteur qui médite autour du lieu de sa naissance, en se laissant prendre par une bienveillance contemplative, que l’on peut apprécier des compositions parfois un peu dissimulées derrière les couleurs et détails. Par exemple, la profondeur de la photo représentant la marchande de fruits et légumes devant un passage pour piétons ou le graphisme de la route vers la mer de l’Est. Mais surtout, on se laisse alors imprégner par une atmosphère qui n’a rien à voir avec ce qui est de prime abord vu : une sensibilité à l’impermanence au milieu de rites sociaux sans cesse répétés, tels tondre les tumulus ou revenir régulièrement au même endroit pour travailler, faire sa gymnastique, etc. C’est un livre à lire en entier, texte compris, la première fois, puis à ressortir régulièrement pour s’évader calmement d’un univers qui a perdu son vrai rythme.
Pierre FRANÇOIS
« Les couleurs des tumuli, un jour, à Gyeongju », 144 pages, 25 €, ISBN : 979-10-91555-36-4. Photographies : Elisa Haberer ; texte : Simon Hatab. L’Atelier des cahiers, éditeur, 15, boulevard Saint-Germain, a. b. s. SCI Lamal, 75005 Paris, www.atelierdescahiers.com, contact@atelierdescahiers.com

Photo : Elisa Haberer.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>