Théâtre : « Le Dernier Baiser de Mozart » (poésie)

heartheart

Mozart meurt. "La mort fige une langue à jamais",                                  
"Mais elle délie les autres", sans aucun respect.             
"La musique a tué celui qui l'avait servie"                  
Et qui, sans le moindre écu vaillant, l'a asservi,                                       
Le forçant à travailler sans aucun répit.                          
Wolfgang, l'homme qui "avait de l'or dans les mains"                       
Laisse une femme et deux enfants, sans lendemain,                              
Démunis, sans l'ombre d'un ducat ou florin.              
"C'est être fou que d'espérer être Mozart",                                          
Ce génie désargenté qui enfante l'art.                     
Fleurs, "quand un homme se baisse pour les cueillir",                
Lui, Amadeus, "s'envolait pour s'en saisir".                       
La légende, contée dans un décor bleuté,                                  
Simple, mais d'un goût raffiné, s'est emportée                    
A travers les siècles pour mieux nous transporter                         
Grâce au remarquable jeu de toute beauté.                     
"Comment ce qui passionne pourrait rebuter" ?                            
Brio dans l'interprétation de qualité.                     
Ce duel, entre Constance et Franz Süssmayr,                    
Fait découvrir un grand moment, où le haïr                            
Mêle ambition, amour, fumeuse jalousie,                             
Et laisse éclater la fameuse hypocrisie.            
Texte admirablement conçu, très bien écrit,                      
Où leurs échanges sont, avec ferveur, décrits.                          
"Grand feu de tristesse à défaut de feu de joie",                           
Avec une mise en scène de premier choix                  
Sur joli fond de "Requiem" digne d'un roi.                    
Ce spectacle, "d'Atelier Théâtre Actuel",                            
Déploie sur Avignon ses palpitantes ailes.                 
Il ira les ouvrir à la chaleur de l'ambre,                        
Dans l'intimité musicale d'anti-chambre,                  
"Théâtre du Petit Montparnasse" en septembre.                                                                                                                                   
Béatrice CHALAND
"Le Dernier Baiser de Mozart". D'Alain Teulié. Mise en scène Raphaëlle Cambray. Avec Delphine Depardieu, Guillaume Marquet.
http://bclerideaurouge.free.fr

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>