Théâtre : « Pacamambo », de Wadji Mouawad au Théâtre Essaïon, à Paris.

Les mots de vie.
« Pacamambo » est une pièce tout public au sujet de la mort. L'auteur, Wadji Mouawad, y répond à des questions posées par les enfants à la suite de sa pièce « Alphonse ». Tout, dans la mise en scène comme dans le jeu, désigne ces derniers comme étant le public visé par ce travail. 0Il émane du plateau une atmosphère qui mêle mystère, tendresse et inquiétude. On est pris par le suspense : quel est ce pays rassurant auquel on n'accède qu'au jour de la mort et à condition d'avoir aimé la vie ? Comment y parvient-on ? La mort aime-t-elle la souffrance qu'elle provoque ?
L'élucidation de ces question est progressive, douce, comme l'est le cocon tendre qui entoure les personnages. On croit à ces derniers, car les deux premiers (et seuls « réels »), par l'exactitude de leur jeu, donnent crédit à ceux que leurs propos font naître. Certes, on peut trouver la réponse apportée in fine un peu courte du point de vue chrétien, mais cela ne retire rien au talent des comédiens et il est loisible aux parents de compléter la définition proposée.
Pierre FRANÇOIS
« Pacamambo », de Wadji Mouawad. Avec Pamina de Hauteclocque, Jock Maitland, Vianney Ledieu, Aloysia Delahaurt et Rafaële Minnaert en alternance avec Anne Lefol. Mise en scène : Joseph Olivennes. Tous les samedis à 17 h 30 du 10 septembre au 26 novembre à l'Essaïon, 6, rue Pierre au lard, 75004 Paris, tél. 01 42 78 46 42, www.essaion.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *