Théâtre : « Le mardi où Morty est mort » au Théâtre de l’Aquarium

« Le mardi où Morty est mort » est une vraie et trop courte récréation ! On y joue avec les codes et les conventions, qu’il s’agisse de ceux du théâtre ou de la vie sociale ordinaire. Les comédiens sont exemplaires de talent ! Qu’on en juge : la pièce démarre par deux phrases ânonnées plusieurs fois de suite et elle le sont avec une telle conviction et une telle subtilité humoristique qu’au lieu de se lasser au bout de la cinquième fois que le jeu se répète, le public rit, complice.
Il y a du clown, du mime et de la marionnette dans le style original de ce spectacle. Le sermon d’enterrement d’un des protagonistes est sans doute un des morceaux les plus réussis, traduisant dans  un univers burlesque et irrésistible l’ambiance typique de de genre de cérémonie. Beaucoup plus courte, certes, mais plus intense aussi, il y a les répliques du coup de foudre de la fille pour un inconnu et de la déclaration qu’elle lui fait (on est en Suède, où les rôles sont moins figés qu’en France)  illico. Bref, les rebondissements n’arrêtent pas, les situations absurdes et les rires non plus… Attention, cependant : la pièce n’est à l’Aquarium – en création française – que jusqu’au 13 avril.
Pierre FRANÇOIS
« Le mardi où Morty est mort », de Ramsus Lindberg. Avec Julien Bonnet, Maxime Dubreuil, Thomas Gornet, Laëtitia Le Mesle. Mise en scène : François Rancillac. Du mardi au samedi à 20 h 30, dimanche à 16 heures au Théâtre de l’Aquarium, Cartoucherie, route du champs de manœuvre, 75012 Paris, tél. : 01 43 74 99 61.

Photo : Jean-Louis Fernandez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>