Musique : Eurofonik à Nantes, les musiques du monde en Europe, troisième édition

« Eurofonik » en est – déjà – à sa troisième édition. Ce festival nantais de musiques métissées s’affirme désormais comme un lieu de découvertes. Sur une vingtaine de formations, trois viennent pour la première fois en France, autant découvrent ce festival et deux y offriront de nouvelles créations. Une manifestation qui affiche 40 % de nouveautés, c’est plutôt rare…
Commençons par ceux qui ne sont pas encore venus dans notre pays. « This is how we fly » (le 11, de 19 à 20 heures) mêle les mélodies irlandaises et norvégiennes  sur des rythmes dansant et planant.  Sam Lee, reconnu comme un pionnier d’un nouveau « folksong à l’anglaise » en Angleterre, y a recueilli des chansons auprès des gens du voyage, qu’il restitue (le 12, de 21 h 30 à 22 h 30) avec sa voix de baryton et un parfum de krautrock des années 70. Quant à Unni Løvlid, qui pratique le piano, le violon et le violon du Hardanger (à cordes sympathiques), cette chanteuse du folklore du Nordfjord est aussi inconnue en France que célèbre en Norvège. On pourra l’entendre le 12 de 23 heures à minuit.
Il y a ceux qui découvrent le festival. C’est le cas du bien nommé « Grand Barouf » – le 12 de 21 h 15 à 22 heures – au  son puissant et aux rythmes tribaux qui s’inspire de danses populaires du centre de la France pour les restituer en rock. Mais il y a, déjà plus exotique, « Otava-Yo »  – juste après le précédent, de 22 h 15 à 23 h 30 – qui est originaire de Saint-Pétersbourg et revisite avec une bonne dose d’auto-dérision les chansons populaires de leur tradition orale. Quant à Pantelis Stoikos et l’ensemble « Litani », ils improvisent – le 12 de 21 h 30 à 22 h 30 – autour des airs balkaniques avec virtuosité et en détournant allègrement les mélodies…
Il ne faudrait pas oublier ceux qui arrivent à Nantes avec une création nouvelle : c’est le cas du « Veillon-Molard quintet » – le 11 de 0 h 30 à 1 h 30 – dont le chef de file explique : « ce qui me plaît dans la musique bretonne, c’est son côté véhément. » On est prévenu… Enfin, Maura Guerrera – le 12 de 18 h 30 à 19 h 30 –, qui est capable de restituer toutes les nuances du chant traditionnel sicilien s’est associé à quatre jeunes Bretons pour créer à l’occasion de cette édition une musique orale, transfrontalière et inventive.
Pour le reste, Eurofonik s’ancre dans la volonté déjà affirmée les années précédentes d’être une manifestation où l’on vient en famille.
Pierre FRANÇOIS
« Eurofonik, musique des mondes d’Europe », les 11 et 12 avril à Nantes, Cité des Congrès, 5, rue de Valmy, 44000 Nantes. Entrée de 6 à 28 € selon les options. Concerts le vendredi 11 avril de 19h à 1h30 ; le samedi ouverture à 15 heures pour la Cité d’Eurofonik ( stands, ateliers … ) et concerts de 18h30 à 1 heure, tél. : 02 51 88 20 00, www.eurofonik.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *