Théâtre : Crime et châtiment au Théâtre de l’Atalante

« Crime et châtiment » rend dès la première minute l’atmosphère mystique et de culpabilité de l’oeuvre de Dostoievski. On croit immédiatement aux personnages, spécialement ceux de l’étudiant, de la prostituée et du juge. Ce dernier fait instinctivement comprendre dès le début comment il a compris et joue au chat et à la souris ; on ignore juste si c’est par cruauté ou par humanité.
Et même si le plateau finit par donner le tournis à force de pivoter, on ne peut s’empêcher d’admirer une mise en scène précise à la seconde près, changements – invisibles – de décors et de costumes compris. Car ils ne sont que cinq à interpréter dix-huit personnages. Un tout de force d’autant plus remarquable qu’on croit séparément à chacun d’entre eux sans établir de parenté entre deux interprétations (sauf pour le juge t Marmeladov, qui font montre d’une bonhomie un peu voisine, mais avec des sens et des causes bien différentes). Raskolnikov et Sonia sont tous simplement magistraux !
Pierre François
« Crime et châtiment », d’après Dostoïevski, adapté et mis en scène par Benjamin Knobil. Avec : Dominique Jacquet, Loredana Von Allmen, Romain Lagarde, Mathieu Loth, Frank Michaux.Lundi, mercredi et vendredi à 20 h 30, jeudi et samedi à 19 heures, dimanche à 17 heures jusqu’au 9 février au Théâtre de l’Atalante, 10, place Charles Dullin, 75018 Paris, tél. : 01 46 06 11 90, latalante.rp@gmail.com, www.theatre-latalante.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *