Théâtre : « Le Portrait de Dorian Gray » (poésie)

heartheartheartheart

"Bienvenue au cabaret des âmes perdues"     
Où "l'étrange terreur", aux lèvres, suspendue,                 
S'insinue, comme un poison brûlant, dans l'esprit                        
De celui pour qui la beauté n'a pas de prix.         
Un portrait où l'artiste "y met trop de lui-même",                            
Où le peintre se révèle tandis qu'il sème                      
Ses gouttes d'huile sur une toile à problème                  
Qui prend vie, s'abîme dans un luxe bohème.             
La "Condition des Soies",                
De grands acteurs, reçoit.               
Une fascination,                  
Qui s'emplit d'émotion,                
S'écoule dans nos veines,              
S'anime de la haine                 
Qui croît au fil des scènes.                     
Le jeu en vaut la peine.                      
L'enjeu, en nous, déchaîne                         
De complexes pensées                    
Qui nous laissent oppressés                  
Et en admiration           
Devant la mise en scène.                                
Une pièce d'une incroyable cruauté                           
Qui n'a d'égale que l'illusion de beauté.                       
Des sentiments confus troublent l'entendement                                        
Égaré dans la "pureté et l'innocence"                      
D'un visage où les éternels traits de jouvence                            
Agressent la morale et n'ont rien de charmant                    
Que le nom qu'on lui prête en ses agissements.                      
Quand "le miracle de la beauté éternelle"                          
Masque l'ignominie hideuse et bien réelle,                                
C'est l'interprétation, hautement démoniaque,                      
Qui, aux oreilles et au cœur, superbement, claque.                                                                                                                         
Béatrice CHALAND
"Le Portrait de Dorian Gray". D'après l'unique roman d'Oscar Wilde. Adaptation, Mise en scène Thomas Le Douarec.  
http://bclerideaurouge.free.fr

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *