Théâtre : « Tangente », de Nina Chataignier au Théâtre des déchargeurs, à Paris.

La liberté par le vide.
Naomi part pour sûrement ne jamais revenir. Elle fuit pour vivre.
Et ce sont trois personnages qui narrent leurs versions des faits. Naomi, son mari et un débarrasseur.
C’est une fuite vers la liberté, contre la perte d’une vie profonde et un trop-plein d’amour qui n’en est en fait plus du tout. Elle s’extirpe comme nous pouvons fuir des responsabilités qui semblent nous définir autrement que ce qui nous fait réellement brûler intérieurement.
Est-il plus insensé de s’extraire de la folie qui est de rester à côté de sa vie, ou bien de laisser les membres qui partagent notre existence, esseulés et sans repère ?
Pourquoi fuir est-il pour certaines personnes la solution pour échapper à des injonctions systémiques. Et où se place l’amour pour leurs pairs dans cette quête ?
Tangente est une pièce où les interprétations respirent, posent des questions sur les pensées acquises, en usant du pouvoir de l’adresse théâtrale. À travers ces questionnements de personnages, c’est aussi la voix de l’interprète qui se fait entendre. Le public est lui-même acteur de la réflexion.
Le cinéma s’invite au théâtre. La mise en scène s’installe comme une lecture de scénario, et la lumière assemblée à la scénographie suivent ce parti pris. Un lieu vidé de sens, et un autre où les codes se mélangent et où la musique, donnée à voir autant qu’à entendre, devient un personnage.
Avec Tangente, la fuite voit le jour où les cerisiers sont en fleurs. Comme le veut la dramaturgie de La Cerisaie, reposant sur les caractères fragile et éphémère d’un moment. C’est maintenant ou jamais. Comme pour des milliers en France et des dizaines de milliers au Japon chaque année, fuir est un besoin de survie,  « comme on vide un fond de bouteille ».
Maëlle NOUGARET
« Tangente », de Nina Chataignier. Adaptation et mise en scène Robert Rizo. Avec Justine Paillot, Edouard Michelon, Robert Rizo, Lucas Frébourg. Lumières : Estelle Pancher. Musique : Lucas Frébourg. Vidéo : Camille Ringuet. Dimanche, lundi et mardi à 19 heures jusqu’au 25 octobre au Théâtre des déchargeurs, 3, rue des Déchargeurs, 75001 Paris, tél. : 01 42 36 00 50, https://www.lesdechargeurs.fr/spectacles/tangente/. Métro Châtelet, sortie rue de Rivoli numéros pairs ou Bertin Poirée ; RER Châtelet-les-Halles, sortie Porte Berger.

Photo : ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *