Spiritualité : Vertu et piété, dissimulation et révélation (39).

Chacun utilise le confinement comme il peut. L’auteur de ces lignes, qui avait raté un cours sur le Livre d’Esther, le rattrape en en faisant un compte rendu, très personnel d’abord, puis (largement) inspiré par le site protestant « Théovie » et la revue catholique « Cahiers évangile » (ainsi que son « supplément »)*. Cet article n’étant qu’un (bref) résumé, il est conseillé à ceux qui s’intéressent au sujet de se reporter à ces sources.

Dans le monde juif des XVIe et XVIIe siècles, ce ne sont pas seulement des pièces de théâtre – et sûrement pas édifiantes – qui sont proposées aux croyants, mais bien un véritable carnaval avec renversement de toutes les autorités, parodies et grivoiseries. Au point qu’au XVIIIe siècle les autorités jugent que ces Purim shpiln sont trop blasphématoires pour être admis plus longtemps. Mais de nouveaux thèmes apparurent alors, plus politiques. Ces rituels transgressifs sont néanmoins l’occasion de se rappeler la façon dont le monde environnant les regarde, et donc de se recaler sur leur propre identité.

DISTRIBIL

* Le serveur du site est très lent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *