Musique : David Lafore en tournée et au festival d’Avignon.

Poète fantasque, par Clara.
David Lafore est en tournée dans toute la France pour présenter son nouvel album (le quatrième) intitulé sobrement « Cheveux ». Le ton de ce nouveau tour de chant est donné dès le début lorsqu'il exhibe fièrement une cicatrice que l'on est invité à toucher.
Déconcertant, David Lafore est un dandy fantasque et tendrement moqueur. Il se joue de son apparence et n'hésite pas à brouiller les cartes. Tantôt léger, tantôt profond, tendre ou acerbe, il se cache pour mieux se dévoiler, au gré de ses envies.
Impossible pour lui de ne pas interpréter son désormais cultissime titre « Jalousie » qui expose la chronique d'un jaloux qui s'ignore mais se voile la face, chronique d'un homme violent et naïf, accompagné sur sa seule guitare d'une petite musique simple, entêtante et presque enfantine. David Lafore est comme un enfant les cheveux dans le vent qui conte la vie dans toute sa simplicité, les choses du quotidien qu'il affectionne particulièrement. On passe sans crier gare du rire aux larmes, de l'humour gentillet au sordide cynisme. Telles ces chansons sur la trivialité et la banalité des activités humaines. Autant de textes aux titres et paroles désarmantes, perturbantes : « Ça chatouille », « Mouillée », « Petite culotte »… Il enchaîne les moments de poésie brutale et des bijoux de perfection tel que « Au bord de la mer », d'une mélancolie douce.
Du fait de sa lucidité cynique, on se laisse envahir par un univers très personnel, rendu presque inquiétant et touchant parfois au sublime. Pourtant cette fausse légèreté sous-tend les problématiques de la société actuelle : course effrénée au profit, société de consommation, productivité, déshumanisation, meurtre, la folie du monde…
Il déroute son public avec des reprise de Culture Club ou David Bowie dans des interprétations particulières qui relèvent du charmant massacre. Et joue à lui être incompréhensible lorsqu'il se moque de l’admiration que ce dernier lui porte en déstructurant son magnifique texte « Laisse-moi mourir un peu ».
Ce nouveau tour de chant est un moment inoubliable, à consommer sans modération. On retrouvera toutes les dates de concerts à venir sur son site davidlafore.fr (et d'autre renseignements sur latriperie.org), ainsi que les vidéos clips en téléchargement gratuit (certains ont été réalisés par le réalisateur Bruno Podalydès) et les textes des chansons.
CLARA

Du 6 au 29 juillet 2018 à 22 h 15 dans le festival off d'Avignon (relâches les mercredis) au théâtre des vents, 63, rue Guillaume Puy, 84000 Avignon, mais aussi avant et après un peu partout en France. Dates sur davidlafore.fr, extraits et documentation sur latriperie.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>