Théâtre (poésie) : vu à Avignon, parfois déjà revu et longue vie à : « Pyrénées ou le Voyage de l’été 1843 », de Victor Hugo.

heartheart, par Béatrice Chaland.
« Je voyage sans autre objet que de rêver »
« Beaucoup et de penser un peu ». Et m’abreuver
« D’eau fraîche » et aussi « écrire dans un carnet » ;
C’est ainsi que Victor Hugo se promenait.

Périple estival emprunt de mélancolie
D’où remontent les souvenirs de son enfance.
Des descriptions essentiellement auditives
Surgissent et charment nos oreilles attentives.
Il aime les sensations jusqu’à la folie,
Regardant les choses de l’œil de l’innocence.

Objets cachés, depuis trente ans, dans un coin d’âme,
Qui ne demandaient qu’à rouvrir leurs vieilles lames
De volets rouillés, pour ravir le grand auteur
Qui nous en fait le récit avec bonne humeur.

Tournures de phrases à l’humour dévastateur
Qui épluche admirablement quelques hauteurs.
Son « voyage intérieur » qu’il « nomme rêverie »,
Se nourrit d’air pur au gré de sa flânerie.
Récit, d’un été, interrompu par la mort
De Léopoldine. De beaux « passages » forts,
« Théâtre La Luna », pour Julien Rochefort.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.wordpress.com
« Pyrénées ou le Voyage de l’été 1843 ». De Victor Hugo. Adaptation, Mise en scène Sylvie Blotnikas. Avec Julien Rochefort. (Avignon, 15-07-2017, 17h45) 

Photo : Pierre Francois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>