Théâtre (poésie) : vu à Avignon, parfois déjà revu et longue vie à : « Clérambard », de Marcel Aymé.

heartheart, par Béatrice Chaland.
Condamnée aux travaux forcés par « Clérambard »,
Sa famille est contrainte à manger du clébard
Et autres chats, n’ayant plus un sou au placard ;
Tricoter des pullovers vaut tout l’or en barre.

Un changement totalement inattendu
Va transformer l’idée de misère en vertu.
Un revirement de situation du Comte
Et c’est avec son passé qu’il règle ses comptes.

Des caractères haut en couleur et bien dépeints,
Sur les personnages ont parfaitement déteints.
Entre moments de « folie et d’exaltation »,
On vire du détachement à la passion.

Leur « régression de l’instinct de propriété »
N’a d’égale que l’humour qui a éclaté
En parcelles de drôlerie pour fustiger
Au « Théâtre Actuel » quelques pieux préjugés
Qui seront revisités au « Théâtre Treize »
Pour que tous les esprits se reprennent et s’apaisent.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
http://bclerideaurouge.wordpress.com
« Clérambard ». Comédie de Marcel Aymé. Mise en scène Jean-Philippe Daguerre. Par la compagnie « Le Grenier de Babouchka ». (Avignon, 07-07-2017, 18h55) 

Photo : Pierre Francois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>