Feuilleton : « Chaînon manquant », par LTL : épisode 12.

Dans la pièce entra John Petit, l’enquêteur que Paul avait rencontré. Ce dernier lui lança, très surpris :
Que faites-vous là ?
— Votre mère m’a convié à votre rencontre.
— Mais… vous êtes un enquêteur ! 
— Messieurs, je suis enquêteur privé c’est vrai. Mais il se trouve que je travaille pour l’organisation dont vous parlez. Et, non, il ne vous sera fait aucun mal. Certains hommes de la confrérie ont des méthodes…différentes. Ils savent bien qui vous êtes, mais ils veulent vous intimider. Ils veulent que ce qui est secret reste secret. Cela est compréhensible.
— C’est vous qui avez annoncé la mort de l’archéologue à Paul ? 
— Oui. Paul n’a pas rencontré cet archéologue par hasard. Ce dernier faisait partie de la confrérie. Il devait éclairer votre frère que les origines de l’Humanité. Peine perdue !
— Eh, oh ! fit Paul. Si je m’intéressais aux propos de tous les hurluberlus que je croise, je pourrais écrire un livre ! Et par qui cet archéologue a-t-il été donc assassiné ?
— Par les mêmes individus qui vous ont menacés, Jean !
— Mais vous veniez de dire qu’ils étaient inoffensifs ?
— Ils le sont… envers vous. Mais même si cet archéologue faisait partie de la confrérie il ne faisait pas partie de ceux que nous protégeons, comme votre mère et vous deux par exemple.
— Mais, demanda Paul, pourquoi a-t-il été tué ?
— Tout simplement parce qu’il s’apprêtait à rendre public des informations confidentielles. Notre organisation est favorable à l’éveil de l’Humanité, mais au compte-goutte. Nous voulons à tout prix éviter un mouvement de panique générale et planétaire. Ce qu’a dit votre mère est très important. L’intelligence, la tête ne sont rien, sans des valeurs humaines. Et nos élites l’oublient souvent. Qu’elles viennent de la politique, du monde économique ou des médias par exemple. 
La confrérie m’a menacé, quel toupet !
— Mais vous leur faites peur, Jean ! Vous inculquez directement à vos jeunes qu’il y a d’autres vérités que la pensée unique ! Nos élites préfèrent tellement qu’ils s’abrutissent devant des jeux-vidéos ou des émissions de télé-réalité… 
— Je leur apprends à voir plus loin que le bout de leur nez. C’est le devoir de tout professeur qui se respecte. Dites-moi maintenant…
Jean se tourna à la fois vers John petit et vers sa mère :
— Qu’est-ce que c’est que cette histoire… Maman tu nous as dit que Paul et moi serions contactés… par je ne sais qui, par je ne sais quoi. Qu’en est-il ?
La mère dit à John Petit :
— Vous le savez mieux que moi, cher John.
L’enquêteur se tourna vers les deux frères. Il leur dit :
— J’ai mes sources. Vous le saurez bien assez tôt. »

 

Photo : LTL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *