Théâtre : « La valse du hasard » (poésie)

heartheartheartheart

Un jeu diaboliquement drôle à fendre l’âme                 
Devenue lourde de travers, après le drame.             
Coup de tonnerre paradisiaque d’enfer …                
Comment alléger le fardeau charnel qui perd         
De sa consistance au fil d’aveux de mystères.                    
Au jeu de la transparence, les règles alarment              
Et  les mots sont plus tranchants que d’acérées armes.                 

Au "Théâtre de L’Arrache-Cœur", ils se brûlent            
Aux Ténèbres qui, des vérités, véhiculent.               
"L’ange" souffle le chaud et le froid qui circulent                        
Faisant faire le yo-yo à l’adrénaline                
Qui monte au haut de l’échelle et soudain décline.                
Jeu palpitant où l’âme de Marie frissonne,
Tandis que le "bourreau", sans cesse, déraisonne.           

Le malin gardien est "ce qu’il décide d’être",                  
Le sexe des anges, ce qu’il laisse paraître.               
Un bureau, comme celui de la gestapo,                  
Où on lui vide le contenu du cerveau,               
Dans un fantastique et impressionnant huis-clos.
Leurs deux tempéraments s’expriment sans défaut,                     
Comme ce fut le cas au "Studio Hébertot".
Béatrice CHALAND
"La valse du hasard". De Victor Haïm. Mise en scène Carl Hallak, Patrick Coutois. Avec Marie Delaroche, Patrick Courtois.
http://bclerideaurouge.free.fr

Photo : Pierre Francois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>