Chanson : « Au bar de l’estran », au Théâtre de l’Essaïon, à Paris

Prolétaires de l'amer, par Difouaine
Au Bar de l'estran, les matelots ne chantent pas sagement. Sur fond de corne de brume, ils éructent, ils insultent, ils pleurent, ils crèvent. Ils survivent grâce à la mer mais à quel prix! Elle est aussi leur pire amour, cet ailleurs qu'ils n'ont souvent pas choisi. Ils en ont pourtant la nostalgie dès qu'ils touchent la terre ferme. Partout chez eux dans tous les rades obscurs du monde mais apatrides dans chaque contrée, ils éclusent alors la fillette ou la dame Jeanne, non loin d'une Marie-couche-toi-là. Elle les y accueille, se vend, croyant reconnaître en chacun d'eux celui qui l'a aimée une nuit puis oubliée. Belle, rebelle, violente, elle sait aussi consoler ces naufragés de la vie.
Non, les chansons de marins ne sont pas gaies. Le spectacle de Rachel Pignot et d'Emmanuel Depoix retourne les tripes à la façon d'un tord-boyaux mais sans misérabilisme. On en ressort heureux et plus riche d'avoir entendu de si beaux textes. Ému aussi par leur interprétation. Rachel, joliment costumée, ceinte de son accordéon, a la voix douce et maîtrisée. L'organe rauque, exubérant mais pudique, le pirate Emmanuel ressemble à un vrai loup de mer derrière son piano. Sa casquette rappelle un humble personnage de Chagall à qui "le temps qui passe a fait (…) une bordée de rides au bord des yeux" (1). Pour apprécier ce spectacle de qualité, il faut une âme d'artiste, celui dont Brel disait qu'"il a mal aux autres".
Venez pousser la porte de ce bar. Vous y rencontrerez les marins de L'Ile au trésor, des tribordais et des calfats, des marins retraités ou désoeuvrés en zone d'estran, des noyés, des corsaires et des pirates, des ivrognes, des terriens gifflés par le vent du nord … Ni en mer ni à terre, ce bar de l'entre-deux niche partout : à Marseille, en rude Bretagne, bien sûr, mais aussi dans la Manche d'Allain Leprest, dans le Nord de Loïc Lantoine ou dans le port d'Amsterdam.
Difouaine
(1) Mon p'tit garçon, Michel Tonnerre
Paroles et musique :  Annoni, Brecht, Brel, Corbière, Darnal, Depoix, Dimey, Ferré, Gribouille, Leprest, Tonnerre, Vidalin, Weill… Jeu, chant, piano, accordéon et arrangements : Rachel Pignot et Emmanuel Depoix. Jusqu’au 9 janvier 2016, du jeudi au samedi à 19 h 45 au Théâtre de l’Essaïon, 6, rue Pierre au lard 75004 Paris. Tél. : 01.42.78.46.42. http://www.essaion-theatre.com. Métro : Hôtel de ville ou Les Halles.
Photo : Chantal Bou-Hannah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *