Théâtre : « Espace Vital (Lebensraum) » d’Israel Horovitz au Lucernaire à Paris.

Mémoire vive, par David Westphal.
Le Lucernaire est un lieu d'agitation culturelle où plaisirs du théâtre et réflexions sociétales cohabitent joyeusement. La compagnie Hercub' s'inscrit dans cette démarche et propose «Espace vital (Lebensraum) », une fable burlesque et acide sur la mémoire de la Shoah. Cette version réactualisée d'une pièce écrite en 1996 en élargit le propos et invite à se pencher sur des thèmes d'une brûlante actualité : les migrations, les extrémismes, le mariage gay, l'emballement médiatique.
Ce spectacle en tout point parfait pour de nombreux professeurs et leurs classes devrait assurément alimenter deux ou trois cours de français, d'histoire ou d'allemand.
Un chancelier allemand de fiction invite 6 millions de juifs à venir s'installer en Allemagne. Interprétant plus d'une cinquantaine de rôles les trois comédiens nous exposent l'emballement médiatique et les réactions diverses qui fusent de toutes parts dans le monde. Ils ne quittent presque pas le plateau et enchaînent les situations et personnages. Certains ne sont que de passage, d'autres s'installent au cœur de cette fable. S'appuyant sur un décor modulable plein de trouvailles, quelques accessoires et un jolie partition lumière, les comédiens déroulent l'aventure de quelques personnages séduits par la proposition du chancelier. On s'attache dès lors à l'histoire de chacun, à ses désirs, à ses doutes, à ses difficultés.
Si le sujet de la pièce d'Israel Horovitz semble grave, l'humour en est le principal véhicule. De plus, la compagnie Hercub' s'est attachée à donner du rythme à la mise en scène afin de ne point trop souligner la gravité déguisée du propos. On rit donc, mais au rire succède l'émotion. Une touchante scène oppose un vieux juif et celle qui, par jalousie, l'avait dénoncé. Dans un décor miniature, comme pour mieux interroger le poids des souvenirs et peser la motivation dérisoire d'un acte barbare, redonner à l'homme sa prééminence sur les choses.
Une telle pièce, aujourd'hui, n'est pas là par hasard. Outre la question qu'elle pose sur le lourd fardeau de la mémoire de la Shoah – Que faut-il en dire ? Que faut-il en faire ? – Elle vient s'inscrire dans l'actualité sanglante, elle veut lutter pour la paix et nous rappeler que, hélas, la notion de « différence » comme incarnation du mal est à l'origine de tous les conflits : on serait bien inspiré de s'en souvenir.
David Westphal
« Espace Vital (Lebensraum) » d'Israel Horovitz Traduction et mise en scène : Compagnie Hercub'. Avec : Michel Burstin, Bruno Rochette et Sylvie Rolland Décor : Pierre-Yves Boutrand et Nieves Salzmann Lumière : Stéphane Graillot
Costumes : Élise Guillou. Au Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-champs 75006 Paris jusqu'au 29 novembre du mardi au samedi à 19 heures, dimanche à 15 heures. Réservations : 01 45 44 57 34 et sur www.lucernaire.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>