Théâtre et musique : « Cinq de cœur, le concert sans retour » au Théâtre du Ranelagh à Paris.

« Cinq de cœur, le concert sans retour » est un quintette a cappella – en fait un récital humoristique – époustouflant. On est censé assister à un concert de musique romantique germanique, sauf que les dérapages ne tardent pas. Le travail est admirable dans la mesure où bien faire faux est encore plus difficile que de jouer juste ou faux, car il y faut l'art des transitions complices avec le public. Ici, on suit avec délice les dérapages si bien contrôlés de ce quintette fantasque.  Et on se promène ainsi de Schubert à Grieg en passant par Tony Morena, John Williams, Francis Lai, Brahms, Vladimir Cosma, Eurythmics, Scorpions, The Eagles… mais la liste est trop longue, qui ne comporte pas moins de trente et un compositeurs. Le comique du spectacle s'exprime aussi à travers sa dimension chorégraphiée. Quand, en plus, on apprend que la mise en scène est faite par Meriem Menant alias Emma la clown, on comprend pourquoi on ne cesse pas de rire, et en finesse, ce qui est le signe d'un grand talent chez les comédiens chanteurs – on remarque particulièrement le travail de Pascale Costes, capable de tous les sons – comme chez elle. Le dossier de presse ne ment pas quand il parle d'un spectacle « rigoureux comme le classique, débridé comme le music-hall »…

Pierre FRANÇOIS

« Cinq de cœur, le concert sans retour ». Avec Pascale Costes, Hélène Richer, Sandrine Mont-Coudiol, Patrick Laviosa, Fabian Ballarin. Mise en scène de Meriem Menant. Du mercredi au samedi à 21 heures, dimanche à 17 heures jusqu'à fin décembre au Théâtre du Ranelagh, 5, rue des Vignes, 75016 Paris, tél. : 01 42 88 64 44, www.theatre-ranelagh.com

Photo : Charlotte Spill.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *