Théâtre : « Faust » (poésie)

Méphisto, le sang du pacte sur son papier,
« Secoue les âmes jusqu’au jugement dernier ».
Plus la sagesse du Professeur Faust fut grande,
Plus douloureuse est la chute qu’il appréhende.

Une version simplifiée de l’inexplicable
Conduite, fuite en avant vers l’intolérable ;
« Chemin vers l’inaccessible, l’impénétrable »
Qui secoue les vies et les rend insoutenables.

Au « Ranelagh », on grimpe tous les échelons
De praticables qui se resserrent en prisons.
En proie à la folie, inspirée du démon,
Ils se précipitent en un abîme sans fond.

Béatrice Chaland /b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *