Musique : « Boann sort « The twa sisters – De två systrarna » et démarre une série de concerts.

Ballade internationale.

« The twa sisters » anglo-écossais est l’équivalent du « De två systrarna » scandinave. Depuis le XVe siècle, cette ballade traditionnelle se promène entre les rives de Grande-Bretagne et suédoises en passant par l’Islande. Côté anglophone, on en connaît 26 versions, côté suédois 125 dont certaines sont la traduction littérale des précédentes. Souvent, la construction des couplets de ce conte musical, leur métrique et leurs enchaînements sont identiques, au point que l’on pourrait chanter les textes d’une tradition sur les musiques de l’autre.

Pour Boann, qui est un groupe musical à la croisée des univers celtiques et nordiques, exploiter les caractéristiques de cette œuvre était une évidence. Il a donc reconstitué le conte en empruntant tantôt à une version traditionnelle tantôt à une autre, n’ajoutant qu’un morceau de son cru, celui de la découverte de la jeune sœur par la fille du meunier. L’originalité qu’a apportée le groupe est dans les arrangements, l’idée étant de montrer que l’on peut faire de la musique actuelle en utilisant des instruments anciens sur fond de mélodies modales.

Ces instruments ne sont pas qu’anciens, certains sont rares. Ainsi, guitare, mandole, percussions, harpe, lyre, smallpipes, crwth et whisthes sont anciens, et on devine l’accentuation celtique qu’ils vont imprimer à la mélodie. Mais on y trouve en plus, d’origine nordique cette fois-ci, un kantele et une nyckelharpa. Ce dernier, de la famille des vielles est un instrument à cordes frottées muni par ailleurs de touches et de cordes sympathiques. Tantôt les morceaux sont instrumentaux, tantôt la voix de Joanne McIver rehausse l’ensemble. Cette dernière, également compositrice, est encore la sonneuse officielle de l’ambassade de Grande-Bretagne en France. Éléonore Billy, quant à elle, est la première musicienne – sa formation est de violoniste – française à suivre une formation complète à l’Institut Erik Sahlström, en Suède. Elle est maintenant une spécialiste reconnue du nyckelharpa. Après avoir participé à la création du groupe Boann en 2004, elle y attire en 2008 le guitariste Gaëdic Chambrier. Enfin, la cheville ouvrière du groupe est Jean-Luc Lenoir, un passionné des instruments anciens. Tous ont à leur actif un succès marquant. Ainsi Gaëdic Chambrier tourne depuis plusieurs années sous diverses formes (concerts, conférences…) une « Histoires de Guitares », Éléonore Billy donne encore le conte musical « Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson », McIver a joué avec Alan Stivell à l’Olympia et la compétence de Jean-Luc Lenoir est tellement reconnue qu’ils sont plusieurs groupes spécialisés en musique traditionnelle ou médiévale (Aëlis, Perceval, Mag Mell, EirYs…) à solliciter son concours.

C’est une musique tranquille, douce, claire, enlevée et un brin mélancolique que nous livre le groupe Boann. À l’entendre, on ne se doute pas de la variété et de l’originalité des instruments. Le cd sera disponible à partir du 11 mars, en même temps qu’aura lieu leur concert au Studio de l’ermitage, premier d’une série qui en compte déjà sept.

Pierre FRANÇOIS

« Boann : « The twa sisters – De två systrarna », an old celtic & nordic tale. Sortie le 11 mars. Distribution : Quart de lune. Avec Joanne McIver, Éléonore Billy, Gaëdic Chambrier, Jean-Luc Lenoir. En concert le 11 mars à 21 heures au Studio de l’ermitage, 8, rue de l’ermitage, 75020 Paris. Entrée : 10 €. Puis concerts à Coeuvres et Valsery (02) le 21 mars, dans le Tèt aus Beùs – la Tardière (85) les 17, 18 et 19 avril, au festival les Musicalies en Sologne (41) le 2 mai et au Festival des clochers à Cramoisy (60) le 14 juin. https://www.boann4tet.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *