Musique : la salsa de « Sin limite » au festival « Villes des musiques du monde ».

Salsa à « Villes des musiques du monde ».

« Sin limite », ce sont quatre titres diffusés en continu sur internet du franco-colombien – qui est passé par New-York où il a été lancé par le maître de la salsa Eddie Palmieri – Tamayo. Né dans une famille latino où on écoute beaucoup de musique sud-américaine, mais vivant à Paris où il trouve des influences culturelles internationales, ce bilingue, biculturel et binational s’ouvre désormais, à travers ces titres, à des influences extérieures à la salsa. On entend effectivement le rappeur Rocca, qui faisait partie du groupe « Colombian Three Crowns », sur un des titres (« El precio ») tandis que sur un autre (« Sin limite ») une partie de la mélodie est jouée au synthétiseur. Car, à l’inverse de la danse qui est hyper-codifiée, la salsa musicale (le mot signifie « sauce ») s’est toujours ouverte à toutes sortes d’influences du moment qu’elles lui permettaient de s’affirmer en tant que culture latino en face de l’occidentale.

Comment en est-il arrivé à être soutenu par RFI ? Très simple ! Repéré par un critique de la station, il bénéficie d’une interview il y a deux ans. Puis, un jour, il est contacté par la cellule « RFI Talent » qui lui propose une coédition dans le cadre des artistes qu’elle met en valeur durant l’année 2019.

Parallèlement, il est programmé par le festival « Villes des musiques du monde » qui a pris pour thème cette année « Nos Amériques ». Plutôt que de dérouler le catalogue des concerts et initiatives de cette édition, disons plutôt que Tamayo est programmé au « Petit bain » le 1er novembre à 19 heures. Pour le reste, ce festival qui s’étale sur un mois jusqu’au 10 novembre a déjà commencé et il n’y a que l’embarras du choix sur http://www.villesdesmusiquesdumonde.com/

Pierre FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *