Poésie : « Charles Péguy, le Visionnaire », de Samuel Bartholin au Théâtre de la Contrescarpe, à Paris.

heart, par Béatrice Chaland.
Au-delà de l’œuvre austère de Charles Péguy,
On découvre la flamme qui anima sa vie.
Enfant de la pauvreté et de l’honnêteté,
C’est un caractère bien trempé et entêté
Qui se forge à « La Contrescarpe » et s’y épanouit.
Du socialisme à l’Affaire Dreyfus, il fut pris
Dans la tourmente de ces causes à défendre et qui
« Commencent en mystique et se terminent en politique ».
En août mille-neuf-cent-quatorze, l’auteur s’explique.

Ami de la vérité, loin de l’hypocrisie,
L’écrivain, qui remit Jeanne d’Arc à l’honneur, prie.
Quand la Grande Guerre l’attend, il ferme boutique,
Emportant avec lui son idéalisme antique.
De tout cela, reste son « espérance immortelle »
Qui fuse à travers les entretiens et les querelles.

Béatrice Chaland / b.c.lerideaurouge
https://bclerideaurouge.wordpress.com

« Charles Péguy, le Visionnaire », de Samuel Bartholin. Mise en scène Laetitia Gonzalbès. Interprétation Bertrand Constant. Par la « Compagnie Kabuki ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *