Théâtre, festival d’Avignon off : « Un Bec, Antonio Ligabue », de et mis en scène par Mario Perrotta à la Salle Roquille, à Avignon.

Mendiant savant.
« Un Bec » est une pièce émouvante, et qui le devient encore plus quand on réalise qu’il s’agit d’une biographie. Sur le mode du conte, le comédien, qui interprète le peintre italien Antonio Ligabue fait revivre ses aspirations, ses solitudes, ses incertitudes, ses désirs, ses errances… On le suit à travers toutes les émotions qu’il transmet, de l’amour au désespoir en passant par le ressentiment ou le bonheur. À aucun moment on ne devine quelle sera la prochaine étape de cette vie dont le seul fil rouge est le manque de considération, d’affection. Au passage, subtilement, nous est fait toucher du doigt le sort des êtres différents, dits « arriérés », alors pourtant que le talent de peintre d’Antonio Ligabue était patent depuis l’enfance.
La performance du comédien est double. D’une part il nous emmène là où il veut, d’autre part il a tellement bien appris à dessiner au charbon qu’on le croit vraiment peintre et qu’on s’extasie devant la façon dont le geste pictural est intégré au jeu, au point qu’à l’occasion une arabesque sur le papier devient un bras qui se tend vers un interlocuteur imaginaire. On est pris dans le récit d’un but à l’autre, et on ne le regrette pas !
Pierre FRANÇOIS
« Un Bec, Antonio Ligabue », de et mis en scène par Mario Perrotta. Avec Jean Vocat. Du 7 au 30 juillet à 17 heures (relâche les 19 et 26) à la Salle Roquille, 3, rue Roquille, 84000 Avignon.

Photo : Pierre Francois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *