Théâtre : « Modèle vivant », de Stéphanie Mathieu, au Studio Hébertot.

Nature, culture, nudité, par Camille Lextray.
Exposer sa nudité est souvent vu comme un acte vulgaire, voire pornographique, ou comme le stigmate d’une société sexiste qui sexualise à outrance le corps de la femme. Stéphanie Mathieu relate son expérience de modèle dans ce spectacle et tente de démontrer que la nudité n’est pas uniquement cela. Elle va à l’encontre des clichés en expliquant que, contrairement à l’image que la société se construit des modèles, lorsqu'elle a commencé à poser, elle n’était pas une jeune fille innocente dans le besoin, dont on abusait en lui demandant de se dénuder. La comédienne a commencé à poser à trente-six ans, un âge plutôt tardif et ce fut toujours un plaisir pour elle. Elle questionne la place de celle qui expose sa nudité pour vivre. Mais ici, nudité n’est pas synonyme d’intimité. Elle se met en scène, décide de comment elle se montre. Elle n’est pas un objet, elle est une inspiration artistique. En effet, contrairement aux simples objets que l’on place comme on le souhaite, elle est maîtresse de ce qu’elle veut transmettre, faire paraître. Elle reprend le pouvoir sur l’image de son corps ; ce n’est plus le regard des autres qui est sexualisant, c’est elle qui va décider de faire de son corps une image sexuelle ou non. Quand elle pose, elle joue, elle est comédienne. La pièce est belle en cela, les moments de nudité ne sont ni gênants, ni vulgaires, ni hors de propos. Ils paraissent naturels, évidents. Stéphanie Mathieu réhabilite le corps et la nudité qui ne nous paraissent plus honteux mais beaux, détachés de tout désir charnel et de toute pulsion. C’est un corps dans son essence pure qui se déplace tout au long de la pièce. Comme il est agréable en tant que femme de redécouvrir ce corps, élément naturel, loin de l’hypersexualisation qu’on lui a imposé de force. De redécouvrir qu’un corps n’est pas un objet, qu’il n’appartient qu’à la personne qui le possède, qu’il est libre et que peu importe sa forme on peut décider de le cacher ou de le montrer comme on le souhaite. La comédienne nous transmet le plaisir qu’elle a à reprendre le pouvoir sur sa chair.
Camille Lextray
« Modèle vivant », de Stéphanie Mathieu. Avec : Stéphanie Mathieu. Mise en scène : Xavier Lemaire. Mardi, mercredi et jeudi à 21 heures au Studio Hébertot, 78 bis, boulevard des Batignolles 75017, tél. 01 42 93 13 04, www.studiohebertot.com

Photo : Lot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>