Théâtre : « Où étais-tu ? Road-movie amoureux, poétique et déjanté » au Lucernaire à Paris puis en tournée.

Jamais sous-titre n'a autant correspondu au contenu d'une pièce ! Car « Où étais-tu ? » est bien un « road-movie amoureux, poétique et déjanté ». il s'agit du portrait d'une femme qui s'est donné avec autant de sincérité que de fougue à tous les hommes pour lesquels elle a conçu une affection et qui se rend compte qu'elle reste seule tandis que les autres se sont rangés.

Dire ainsi les choses est presque trahir la pièce tant elle est habitée de poésie, de pudeur – « la pudeur, c'est quand l'âme habille le corps », disait le poète – et de pointillés donnant au spectateur une grande liberté d'interprétation à partir de ce qui lui est offert.

« Âme, ma belle âme, ne vois-tu rien venir ? » se demande régulièrement cette femme, la même à qui l'intensité de l'acte fait souvent penser « Maintenant, je peux mourir ». Toute la question est là, et qui ne s'y reconnaîtra pas un tant soit peu ?

Cette femme n'est pas seule sur le plateau. Un homme qui incarne autant une sorte de Jiminy Cricket plein de bonté et de compréhension que ses partenaires les plus significatifs, partage avec elle ses doutes. Il pose la question lancinante « Où étais-tu ? » et elle tente d'y répondre, même si c'est à chaque fois différemment. Il y a une complicité entre cette femme et sa conscience, une forme de bonté, d'absence de jugement qui lui permet d'avancer, cahin-caha, mais avec tant de délicatesse et de pureté d'âme ! C'est l'heure du bilan, d'arrêter les comptes, de trouver une solution, pas pour autant de nier ou regretter.

D'une certaine façon, cette pièce dresse le portrait d'une génération libérée mais insatisfaite et sans repère. Portrait poétique sans jugement et c'est là sa force car, au lieu d'évaluer une conduite, on entre en empathie avec des personnages qui ressemblent à ceux de notre entourage…

Pierre FRANÇOIS

« Où étais-tu ? Road-movie amoureux, poétique et déjanté » , de Nathalie Rafal. Avec Guillaume Edé, Nathalie Rafal. Mise en scène : Isabelle Labrousse. Au Lucernaire à 21 heures jusqu'au 17 janvier, à l'Espace des arts au Pradet (83) le 30 janvier.

Photo : Liina Keevallik.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *