Festival : Festival au féminin, traversée du périph’

Le « Festival au féminin » de cette année confirme la tendance de la dernière édition. Il en fait même son titre : « traversée du périph’ ». L’idée est de créer le contact entre artistes de différentes générations et d’inviter à sortir de leurs frontières les publics de diverses aires géographiques. Il est évident qu’il est plus difficile de faire bouger des parisien pour venir voir un spectacle en banlieue que l’inverse, mais peu importe. Par un jeu de répétitions publiques dans un endroit et de représentations dans un autre, la directrice artistique a mis au point un programme qui – sans oublier que le festival est né à la goutte d’Or – s’ouvre au désormais Grand Paris.
La constante est double. D’une part il y a une exigence de qualité. Jusque dans les cours qu’elle prodigue au Théâtre D’Aubervilliers, elle fait étudier les grands textes. D’autre part, on reste dans le festival au féminin, donc mettant en valeur les femmes et leur travaux. Y copris quand ce sont des hommes qui s’expriment, comme le slameur Dgiz qui sera chargé de mettre en harmonie les travaux de jeunes autour du thème de « la banane », en réponse aux propos racistes lancée à Christine Taubira.
Pierre FRANÇOIS
Toute la programmation sur http://www.festivalaufeminin.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *