Théâtre : En attendant Godot

Voilà un Beckett qui n’ennuie pas  ! «  En attendant Godot  » créé à Marseille par le Théâtre No No se déroule dans un décor spartiate, les comédiens en costumes noirs ayant la visage passé au blanc et la voix éraillée. Il en émane une atmosphère de clown tragique qui humanise douloureusement le texte. Car ce n’est pas parce que deux personnes sont en présence que la communication est automatique  : «  -Je ne t’ennuie pas, j’espère -Je ne t’écoute pas  »… La violence verbale est permanente, à la même hauteur que le désir d’échange et de tendresse. La seule chose qui soit partagée est la souffrance. «  -Alors, quoi faire  ? -Ne faisons rien, c’est plus prudent  ». Et ils attendent… Les personnages de l’esclave et de son maître arrivent ainsi comme l’illustration de ce qu’ils ressentent sans le comprendre  : eux même ne veulent pas plus se mettre à l’aise que le serviteur qui consent aux tourments que lui inflige son maître. On ne voit pas le temps passer jusqu’à ce qu’ils concluent  : «  -Nous n’avons plus rien à faire ici -Ni ailleurs  ».

La seule erreur de la mise en scène a été de ménager un entracte. La déconnexion est terrible et on ne parvient plus à revenir dans le spectacle  ! On essaie pourtant, mais cet univers qui nous avait tant emporté au point de ne pas voir le temps passer ne revient plus  : il était trop original, trop spécial et même si on sent que les comédiens remettent la gomme – même voix mêmes cris et même ambiance de violence tragique – quelque chose s’est rompu. Ceci étant posé, cette pièce reste une des rares interprétations de Beckett qui rende le propos intelligible au plus grand nombre, ce qui est déjà un exploit en soi  !

La preuve ? Une séance supplémentaire est programmée le vendredi 29 novembre 2013 à 20 h 15 et la réservation est qualifiée d’ « impérative »…

Pierre François

 

«  En attendant Godot  », de Samuel Beckett. Avec Christian Mazzuchini, Grégory Miege, Serge Noyelle, Noël Vergès, et la participation de Nathanaël Ménétrier et Loïs Paul. Mise en scène  : Serge Noyelle.

Jusqu’au 29 novembre au Théâtre NoNo, 35, Traverse de Carthage, 13008 Marseille, tél. : 04 91 75 64 59. Puis le 17 janvier à l’Espace Marcel Carné de Saint-Michel-sur-Orge (91) et du 30 janvier au 1er février au Théâtre de Châtillon (92).

Crédit photo : Cordula Treml

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *