Théâtre : Yanowski en concert, la passe interdite à la Salle Gaveau

Auteur, compositeur et interprète, Yanowski s’est assuré le concours d’un arrangeur pianiste et d’un violoniste aux talents très affirmés et complémentaires du sien pour créer un univers qui mêle le fantastique d’E. Poe et la gravité de Brel.

Aussi « Yanowski en concert, la passe interdite » est il un spectacle… spectaculaire ! Yanowski, on a déjà vu sa prestance et entendu sa voix dans « Vagabonds des mers », la dernière pièce fantastique de la troupe du « Cirque des mirages », qui en dix ans a donné plus de mille représentations (des six pièces musicales ou concerts concoctées par la troupe).

Après le festival d’Avignon, La Cigale, le Printemps de Bourges, les Trois baudets, ou le théâtre du Rond Point – pour ne citer que ceux-là et sans parler des tournées à l’étranger – c’est salle Gaveau qu’on va le retrouver les 29 et 30 janvier prochains.

Comment parler de sa voix sans employer de superlatifs ? C’est au point que son jeu d’acteur et son costume de mauvais garçon apparaissent superfétatoires. On s’y fait – et très bien ! – cependant, une fois le premier choc auditif passé. On est dans un registre de chansons à texte, qui parfois évoque Brel. La diction est parfaite, même quand le débit est accéléré. Le style fantastique accentue la note de mystère sauvage qui s’attache à son jeu. Parfois, il devient conteur et, là aussi, la surprise est au rendez-vous. Certaines chansons, qui évoquent les angoisses et échecs masculins, font bien rire les femmes, il y a des sujets sur lesquels les hommes n’ont aucun sens de l’humour…

L’accompagnement au piano est en phase totale avec l’ambiance dégagée par le chanteur comédien. Là aussi, on a affaire à une pointure : Gustavo Beytelmann a par exemple accompagné Astor Piazzola lors de sa tournée française et à l’Olympia et compose pour des films de toutes nationalités.

Le violoniste, quant à lui, fait preuve de sa virtuosité dès le premier instant, lorsqu’il fait durer une note solitaire sur une durée surprenante, introduisant ainsi l’atmosphère du spectacle. Là aussi, il y a une parfaite complémentarité entre l’instrument, la voix et le piano, chacun faisant ressortir tantôt seul tantôt en duo une atmosphère à la E. A. Poe.

Bref, on reste coi, saisi et séduit par l’étrangeté du moment et de l’univers qui nous saisissent.

 Pierre François

« Yanowski en concert, la passe interdite », avec Yanowski et Gustavo Beytelmann. Chansons écrites, composées et interprétées par Yanowski. Arrangement pour piano et violon de Gustavo Beytelmann. Les mercredi 29 et jeudi 30 janvier à 20 h 30 à la Salle Gaveau, 45-47, rue de la Boëtie, 75008 Paris, métro Miromesnil, tél. : 01 49 53 05 07.

Photo : Victor Quezada-Perez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *